Firinga, le Site

L'influence de KALUNDE sur l'île Rodrigues.

Nom
Traj
Image sat
Date
Heure
Type
Distance
Pression
Pluie
Vent
Détails du cyclone

KALUNDE

12.03.2003
14 UTC (18h locales)
Cyclone tropical
20 km à l'Est (s'affaiblissant)
-
338,8 mm en 24h à Pointe Canon
212 km/h à la Plaine Corail
Dégâts : Les dégâts sont considérables. L'île s'est retrouvée dans le mur de l'oeil du cyclone.

 

Détail

TEMOIGNAGES du mardi 18 mars 2003
RODRIGUES

                Reconstruire : un défi pour les Rodriguais
                APRÈS LE PASSAGE DE KALUNDE

        Kalunde a causé d’importants dégâts à Rodrigues dans la nuit de mercredi à jeudi matin. Après le passage du cyclone, les Rodriguais sont maintenant face au défi de la reconstruction. Tous les habitants de l’île ont eu à souffrir du phénomène, notamment les planteurs et les éleveurs. De nombreux Rodriguais ont tout perdu. Dès vendredi, la Commission permanente de la Région a débloqué une aide d’urgence de 50.000 euros pour témoigner la solidarité des Réunionnais envers leurs amis rodriguais durement éprouvés par la catastrophe.



        C’est dans la nuit de mercredi à jeudi que le cyclone est passé au plus près de Rodrigues. Dès la fin de matinée de mardi, les premières ondées sont venues balayer l’île avec des rafales approchant les 80 km/h sur le Sud-Ouest. La mer, très forte à grosse, n’a pas cessé de se creuser, formant des déferlantes d’une hauteur impressionnante le long du récif, selon des témoignages recueillis par téléphone. « L’œil du cyclone est passé à seulement 20 kilomètres de l’île », a déclaré le directeur des services météorologiques de Maurice, Soobiraj Sok Appadu.
Selon les premières évaluations des dégâts, le réseau électrique de l’île est gravement affecté, le téléphone ne marche plus que chez de rares habitants et les cultures ont été complètement rasées sous les rafales de plus de 200 km/heure qui se sont abattues sur l’île pendant près de trente heures.
Le chef commissaire de l’île, Serge Clair, a appelé jeudi à la solidarité nationale et internationale pour sortir l’île de cette catastrophe. Selon les services météorologiques mauriciens, Rodrigues a reçu en 24 heures, lors du passage du cyclone, plus de 300 millimètres de pluies. Ce qui fait que de nombreuses rivières sont en crue, des routes ont été inondées et beaucoup d’habitations endommagées.

3 millions 500.000 euros pour réparer
       
D’après "le Mauricien", une rencontre a eu lieu entre « les membres du conseil exécutif menés par le chef-commissaire, Serge Clair, d’une part, et le vice-Premier ministre (Paul Bérenger - NDLR) et des responsables du ministère des Finances, d’autre part ». Le montant de l’enveloppe financière d’urgence a été fixé à environ 3 millions 500.000 euros. L’agriculture sera un secteur prioritaire. « L’agriculture et l’élevage ont enregistré des dégâts de l’ordre de 85% », indique "le Mauricien", « les responsables de ces secteurs à Rodrigues ont évalué les pertes à environ » 1 millions d’euros. Depuis le départ du cyclone, les travaux de déblayage et de réparation ne cessent de se poursuivre. "Le Mauricien" nous signale que dimanche, « le personnel du Central Electricity Board (CEB - NDLR), aidé d’une trentaine d’éléments de l’escadron de génie de la Special Mobile Force (police mauricienne - NDLR), continue à redoubler d’efforts pour rétablir la fourniture d’énergie électrique. Les responsables du CEB ont affirmé, samedi, que le retour à la normale devra être effectif dans un délai de 25 jours ». La somme de 275.000 euros est une première estimation au sujet de la réparation du réseau électrique gravement endommagé.
« La visite du Managing Director de Mauritius Telecom a également permis de débloquer la situation d’isolement en cas de cyclone, avec la mise en sécurité de la principale antenne satellitaire de Mont-Vénus », précise "le Mauricien". Une solution efficace est la connexion de l’île au câble transocéanique SAFE. Même si l’investissement s’élève à environ 34 millions 500.000 euros, « ce développement est important car l’île pourra bénéficier du SAFE pour assurer ses communications extérieures en cas de catastrophe naturelle », poursuit "le Mauricien".

Un pays sinistré
       
Dans l’agriculture, les dégâts sont évalués entre 680.000 et 1 million d’euros. « La récolte de maïs de cette année a été nettement compromise vu que les 135 arpents sous culture de maïs ont été endommagés par les effets conjugués de la pluie et des rafales ayant soufflé pendant plus de 72 heures », indique "le Mauricien" qui poursuit : « une superficie de trois arpents de petits piments de Rodrigues a été ravagée ». Cela cause une perte estimée à 172.000 euros pour les cultivateurs. « 22.000 têtes de poulet, 350 porcs, 298 moutons, 218 cabris, 13 bœufs, 50 pintades et 52 ruches ont été emportés lors du cyclone. Kalunde a également affecté 26 arpents de limons, 40 arpents de bananes et 12 arpents d’agrumes », des chiffres dramatiques cités par le journal de Port-Louis.
Au sujet du logement, "le Mauricien" note que « la police a enregistré 1.674 cas de maisons endommagées ». Par ailleurs, « 38 cas de pirogues de pêche endommagées lors du cyclone, la disparition de 137 casiers et la perte de 1 455 têtes de bétail », relève notre confrère qui précise qu’heureusement, « aucune perte de vie humaine n’a été enregistrée pendant le cyclone, même si le service de santé a dû traiter des cas mineurs de blessures ».
Au niveau des infrastructures, les dégâts sont pour le moment estimés à 340.000 euros. Un réservoir d’eau potable devra être totalement reconstruit. 102.000 euros seront nécessaires pour réparer des écoles endommagées alors que pour le secteur sanitaire, 27.200 euros est une première estimation. Un besoin urgent de générateur se fait sentir, note "le Mauricien".


Reconstruire : un défi pour les Rodriguais
Article paru dans Témoignages le mardi 18 mars 2003