FIRINGA  Cyclone tropical, saison 1988/1989

Le système FIRINGA a été baptisé le 26.01.1989 à 00 UTC, il a atteint le stade de Cyclone tropical.
Le vent soutenu en mer a atteint 167 km/h avec des rafales à 207 km/h.
Deux îles ont été touchées par ce système.


Firinga - Le 29 janvier 1989 dans la journée, l'île de la Réunion se trouve sous l'emprise de Firinga. Source : Merci à Karl HOARAU pour l'image !

Les différents stades atteints par FIRINGA

Passez le pointeur de la souris sur le tableau pour afficher des détails le cas échéant.
: L'intensité augmente : L'intensité diminue
Stades atteints
Date de l'évolution
Perturbation tropicale
24.01.1989 à 06 UTC
L'intensité augmente
Dépression tropicale
25.01.1989 à 06 UTC
L'intensité augmente
Tempête tropicale modérée
26.01.1989 à 00 UTC
L'intensité augmente
Forte tempête tropicale
27.01.1989 à 06 UTC
L'intensité augmente
Cyclone tropical
28.01.1989 à 18 UTC
L'intensité augmente
Forte tempête tropicale
29.01.1989 à 12 UTC
L'intensité diminue
Dépression extra-tropicale
30.01.1989 à 12 UTC
L'intensité diminue

Valeurs maximales

Valeurs maximales atteintes par FIRINGA, le 29 janvier 1989 à 00 UTC  
Intensité sur l'échelle de Dvorak (nombre Ci) 5,0/8,0
Intensité sur la classification Australienne 3/5
Pression estimée au centre 954 mb
Vent moyen sur 10 mn (donnée Météo-France) 133 Km/h, 72 Kt
Vent moyen sur 1 mn (donnée Météo-France) 148 Km/h, 80 Kt
Vent moyen sur 1 mn (donnée JTWC) 167 Km/h, 90 Kt
Vent moyen sur 1 mn (intensité atteinte la plus probable) 167 Km/h, 90 Kt
Rafales 207 Km/h, 112 Kt

 

Tableau des impacts sur les îles

Îles
Distance et intensité correspondante
Date
Alerte
Détails
Maurice 74 km au Nord-Ouest,au stade de forte tempête tropicale (s'intensifiant) 28.01.1989 à 19 UTC Alerte classe 4
Réunion Sur l'île, au stade de cyclone tropical (stable) 29.01.1989 à 06 UTC Alerte n° 3 (alerte rouge)

Conclusion

Firinga, un cyclone mature qui a touché de plein fouet l'île de la Réunion. C'est le Sud de l'île qui a eu l'impact le plus fort de ce météore !

Firinga, restera à graver à jamais dans la mémoire des Réunionnais. Ce site porte ainsi son nom, un symbole fort pour toutes les victimes des cyclones du Sud-Ouest de l'océan Indien et sur le globe. Avec les tornades, les cyclones sont des phénomènes météorologiques très dangereux que la population menacée ne doit jamais sous-estimer !


L'homme ne lutte pas à armes égales avec la nature...

Votre experience avec FIRINGA

Vous avez vécu FIRINGA, racontez-nous comment vous l'avez vécu, témoignage, anecdotes...

Ajouter un message




Le 22-04 à 07:36 FOP nous a raconté,


Après vous avoir décrit quelques souvenirs de nombreux et importants dommages matériels causés par le passage de FIRINGA, j'aimerai
vous témoigner du ressenti de ma famille St Josephoise, de mon fils Julien ( 4 ans ) et de moi-même.
Samedi 28 janvier 1989 : déjeuner en famille au Tampon où il faisait très beau mais avec une chaleur anormale même à l'ombre ! Retour
la kaz St Jo vers 17 h, entre-temps on était passé à l'alerte orange...
Vers 19 h, je vais visiter avec mon fils, la kaz de ma belle-sœur, en vacances, à Manapany-les-Bains pour bien préparer la kaz en vue du cyclone annoncé plutôt violent.
Vers 20 h, ma femme m'annonce par téléphone qu'on vient de passer en alerte ROUGE ! Étant respectueux des décisions préfectorales,
je décide de passer la nuit avec mon jeune fils dans cette grande et récente kaz.
À partir de 21h30, les premières grosses pluies et des bourrasques fortes arrivent et vont s'emplifer jusqu'à 1h-2h du matin, puis plus rien à
l'aube ( 5h ). A l'arrivée de FIRINGA sur Manap, les vents forts venaient de St Philippe et mélés avec des pluies diluviennes agissaient comme
un Karcher sur le pignon Est de la kaz, et l'eau s' infiltrait par le moindre interstice, des fissures aux grilles d'aération des combles. J'ai donc
passé une grande partie de la nuit à écoper, à passer la serpillère, à surélevé les meubles, chaîne hi-fi, etc... Toute la nuit les vents exerçaient
une telle pression sur les bacs métalliques du toit qu'ils les enfonçaient, puis les bacs reprenaient leur position initiale dès la moindre baisse d'intensité en faisant un bruit indescriptible ( type clic-clac des GI en 1944 mais amplifié d'un facteur 1000 ! ), plus le bruit des très grosses
gouttes de pluies sur la tôle, plus le hurlement des fortes rafales de vent ( peut-être 180-200 km/h à St Jo ? )
Dimanche 29 janvier 5h, le jour se lève, je sors dans le jardin : CALME ABSOLU ! Le cyclone était parti...Aucun chant d'oiseaux, aucun cri
de coqs ou poules ou oies, aucun bêlement de cabris, aucun aboiement de chiens ; tous les animaux ont été traumatisés par ce phénomène
météo attendu par l'homme mais qu'ils avaient peut-être anticipé, grâce à leur 6 ème sens ?
Quelques minutes plus tard, mon fils Julien ( 4 ans ) me rejoint dans le jardin et ses premiers mots furent :
" PAPA , IL EST PARTI LE LOUP ? ". Je l'ai bien sûr de suite rassuré. Peut-être venait-il de rêver à un de ces contes pour enfants où le loup est souvent présent, mais qui matériellement avait hurlé toute la nuit !
Voilà, comme de nombreux réunionnais du Sud, j'ai été traumatisé par ce cyclone FIRINGA , en ce sens que j'en resterai marqué jusqu'à
la fin de mes jours.
Pour finir, FÉLICITATIONS à ceux qui ont créé le site FIRINGA.COM et qui le gèrent. Longue vie à ce site !



FOP



Le 20-04 à 18:52 FOP nous a raconté,


Ce monstrueux CTTI FANTALA qui rôde en ce moment dans le NO de Mada m'a fait rappeler le CTI FIRINGA qui a traversé la Réunion, la coupant en 2 au
niveau des Plaines les 28 et 29 janvier 1989. Tous les gens du Sud ( de St Louis à St Phililippe ) ont été traumatisés par ce très puissant météore ( vents maxis
> 250 km/h dépassant les capacités ... de mesures des appareils météo avec des pluies plus que diluviennes ) ; le réveil grand matin après son passage a été
difficile : végétation pulvérisée, cocotiers cassés nets à 4 m du sol, tous les réseaux aériens a ter ( plus d'électricité, plus de téléphone , les postes radio à piles
silencieux ), plus d'eau au robinet, en 2 mots le Sud était coupé du monde et cela a duré plusieurs jours. Au Tampon de nombreuses maisons pourtant récentes avaient perdues leur
toit charpente comprise, le tout déplacé sur une longue distance ! Des rivières en crues étaient sorties de leur lit, détruisant des maisons.
Ce qui était surprenant : autant la désolation régnait sur le Sud , autant le Nord était totalement intact ! Tout fonctionnait comme d'habitude ! Et les radios ne
donnaient aucune nouvelle du Sud dans un état catastrophique ....


FOP



Le 30-01 à 13:53 marie nous a raconté,


je me rappelle très bien de FIRINGA on était à un mariage la veille .J'avais 16 ans le jour du cyclone comme si de rien était on habitait à coté de la rivière st étienne le menu ce jour je me rappelle comme si s'était hier à mon age d'aujourd'hui plus de 40 ans c'est le cyclone le plus dangereux que j'ai vécu notre maison était défoncé on appelait au secours personne nous entendais avec la rivière qui gonflait à coté et plus on criait plus le vent devenait fort on voyait tout ce qui partait dans la rivière voiture boeuf cochon bcp d'autre choses je ne souhaite à personne de vivre un cyclone comme FIRINGA. On est venu nous secourir que le lendemain on avait plus de maison et ça fait 26 ans qu'on a quitté Saint-louis


marie



Le 12-02 à 19:05 wanda Chapon-Adhamy nous a raconté,


J'ai connu hélas Firinga.j'habitais à l'époque au Tampon 3 mares dans une case créole de 1880 avec un jardin très arboré
Arrivée à la Réunion en 198O.
Firinga fut pour moi l'angoisse existentielle de ma vie.le toit de la maison a tenu non pas comme en 1948.
mais nous avons eu de gros dégats. arbres cassés sur le toit.le 29 janvier 1989 est une date gravée à jamais dans ma mémoire.
la veille nous avions eu une journée de grand soleil . le soir venu sous une nuit très chaude le calme est apparu. étrange . pas un oiseau .pas une miette de vent.un calme pénétrant.mon mari fête son Anni le 29 janvier ! le cyclone est arrivé sur l'ile .le mur du cyclone est passé aux 3 Mares et à St Pierre où il y avait l'imprimerie à la Ligne paradis dont les poutres de fer soutenant le toit ont courbé sur les machines tellement la puissance était forte.Plus une seule feuille sur les arbres . l'apocalypse !


wanda Chapon-Adhamy



Le 14-01 à 21:06 remy nous a raconté,


Le passage de firinga sur notre ile etait pour moi et ma famille une horreur.Aujourd'hui je ne trouve toujours pas de mots pour qualifier ce monstre.A cette époque j'avais 16 ans.Nous habitons sur les hauteurs de saint benoit.J'ai vécu d'autres cyclones mais depuis Firinga aucun cyclone,j'insiste bien,aucun cyclone n'a égalé firinga en ce qui concerne sa force destructrice sur l'ile.Ce dont je n'oublierai jamais c'est ce beau ciel bleu à midi(l'oeil)et puis peu de temps après ,le déchainement cataclysmique du mur du cyclone,et là je peux vous dire qu'on a vu la mort devant nous.Après le passage de ce monstre on était coupé du reste du monde pendant plusieurs semaines.Des militaires ont été dépéchés sur l'ile et on a eu droit aux boites de rations de l'armée.Là où J'habite il a fallu plus de deux semaines pour enlever les centaines d'arbres qui coupaient l'accès.Pour terminer à titre de comparaison,pour les systèmes qui sont passés très près de nous,comme Colina ou Hollanda,avec ce que j'ai vécu auparavant,les deux ensemble ,n'arrivent pas à la hauteur de firinga en matière de durée,de force des vents ainsi que la pluie cyclonique.Ce qui m'a beaucoup marqué c'est ce passage du mur.La maison tremblait comme si c'était un tremblement de terre.Tout tombait dans la maison.En tout cas je souhaite à personne de vivre ce qu'on a vécu ce fameux 29 janvier 1989.d'ailleurs aujourd'hui quand j'entends parler de l'approche d'un cyclone, c'est la peur au ventre,la peur de revivre le pire.merci à vous pour ce site de partage et d'émotions.


remy



Le 29-10 à 19:01 WILL nous a raconté,


en 1989, j'avais a peine 8 ans , j'habitais a la grande chaloupe endroit très touché aussi par le cyclone. Tout le secteur haut près du champs de tir des militaires ont été ravagé. moi et ma famille bloqué par la rivière ont été obligé de traversé a travers la foret pour descendre jusqu'à la gare de la grande chaloupe. la route littoral fermé c'est avec l'aide militaires on a été évacués vers st denis dans une école provisoirement. après l'acalmie quelle carnage chez moi!!! plus de maison (la moitié était dans le vide : l'eau avait rongé le sous bassement de la maison. je n'oublierais jamais cette période de mon enfance. Meme la 2 chevaux de mon père a été emporté jusqu'à la mer sans la retrouver!!!!


WILL



Le 18-10 à 14:17 Fabien nous a raconté,


En Janvier 1989, j'ai 5 ans et demie et...25 ans plus tard je me souviens de Firinga comme si c'etait hier.
Le premier souvenir qui me revient c'est le calme avant la tempete.
J'habitais au Tampon (région la plus touchée par le météore), le silence régnait quelques heures avant l'arrivée du monstre.
Les bruits, les odeurs, les images reviennent. Ce vacarme incessant provoqué par les attaques des lames de pluie sur les toles,ces odeurs de ravines chariant toutes les terres des champs alentours et cette vision de l'environnement voisin qui se dégrade au fil des heures.
Depuis Firinga j'attends avec impatience la saison cyclonique, parce que c'est aussi l'opportunité de vivre des moments privilégiés en famille. Les soirées sans electricités et sans télé a partager de vieux souvenirs, a manger les carry lontan, a écouter les grondements du ciel...
Voila ce qu'évoque pour moi Firinga.


Fabien



Le 11-09 à 10:38 Julien nous a raconté,


En 1989, ça faisait 2 ans que j'habitais l'île de la Réunion, j'avais alors 12 ans. Je savais que l'île était souvent sur le chemin des cyclones tropicaux, mais sans trop en savoir la signification ni les conséquences...
Ce cyclone fut pour moi, l'élément déclencheur d'une passion. J'ai été impressionné de la hauteur de mes 12 ans, de la structure unique d'un cyclone, mais surtout par les effets dévastateurs du vent. Je ne pouvais soupçonner avant cette triste journée, qu'un déplacement d'air puisse être si puissant...


Julien