Intensité maximale, selon les agences Météo-France et JTWC

Valeurs maximales atteintes par LYDIE, le 09 mars 1973
 
Intensité sur l'échelle de Dvorak (Ci) 7,0/8,0
Intensité sur la classification Australienne 5/5
Pression estimée au centre 925 mb
Vent moyen sur 1 mn (intensité atteinte la plus probable) 259 Km/h, 140 Kt
Rafales 322 Km/h, 174 Kt

 

Influence sur les terres

Terres
Distance et intensité correspondante
Date
Alerte
DĂ©tails
Tromelin A proximité de l'ßle, au stade de cyclone tropical intense (s'intensifiant) 08.03.1973 à 08 UTC -
Madagascar 350 km à l' Est, au stade de cyclone tropical intense (s'intensifiant) 09.03.1973 à 00 UTC - Pas de détail
RĂ©union 315 km Ă  l' Ouest, au stade de cyclone tropical intense (s'affaiblissant) 10.03.1973 Ă  06 UTC -

L'analyse par Karl HOARAU de l'intensité de Lydie

Je vous livre quelques infos complémentaires sur le mythique Cyclone Lydie dont je soupçonne qu'il frÎla ou atteignit les 140 noeuds le 9 mars, lendemain de son passage prÚs de Tromelin.

En mars 1989, j'étais à Tromelin avec l'un des 2 techniciens qui avait vécu Lydie. Et il me confirma bien que la partie nord-ouest de l'oeil avait bien frÎlé l'ßle puisque les vents avaient bien faibli. Il n'y avait plus d'anémomÚtre mais d'aprÚs lui les rafales soufflaient à 80-100km/h. C'est dans ces conditions que les 932 hPa ont été enregistrés le 8 mars 1973 à 12h05 locales (08h05 UTC). Bref, pour avoir la pression dans l'oeil, il faut retrancher un peu plus de 5 hPa. Cela mÚnerait vers 925-927 hPa.

Si on utilise la méthode de calcul de Knapp et Knaff (2010), cela donnerait un vent moyen de l'ordre de 130 noeuds sur 1 minute. Cette méthode de calcul tient compte de la pression centrale, du rayon de la derniÚre isobare fermée (1008 sur 6° pour Lydie), de la latitude, et de la vitesse de déplacement.

J'ai eu l'occasion de consulter les images en IR (noir et blanc pas avec les températures de sommets de nuages) de Lydie, et le 9 mars, le cyclone m'a semblé mieux organisé. C'est pour cela que les 140 kt sont plausibles. D'autant que je dispose de quelques sondages bathythermiques. J'ai joint celui qui se trouvait en plein sur la trajectoire du cyclone. Ce sondage a été fait le 4 mars 1973 (4 jours avant Lydie) au point 16,5°S et 54°E. En surface, il y avait 28.9°C, et à 50 mÚtres, il y avait encore 28°C. Bref, il y avait suffisamment d'énergie pour un 140 kt.

Source : Analyse par Karl HOARAU via le forum Météo-Réunion

Votre expérience avec LYDIE

Vous avez vécu LYDIE, racontez-nous comment vous l'avez subi (votre témoignage, vos anecdotes). Votre message apparaßtra sur cette page.

Ajouter un message




Le 23-01 à 00:12 Toxique nous a raconté,


En mars 1973 j'Ă©tais Ă  la caserne Lambert comme militaire "appelĂ©". Je me souviens trĂšs bien de ce cyclone. Une violence inouĂŻe et qui a durĂ© plus de 24 heures..... pour commencer. Notre adjudant chef (Corse) nous avait demandĂ© de fixer les volets avec des traverses de bois et cloutĂ©s, en plus. On avait trouvĂ© ça un peu exagĂ©rĂ©. Et puis au fur et Ă  mesure de l'approche du cyclone, on n'avait plus du tout envie de rire et quand l'alerte pamplemousse a basculĂ© dans une alerte rouge, ce fut l'enfer. Ce que j'en garde : un long hurlement incessant insupportable, surtout quand ça dure des heures et des heures. Et puis tout c'est arrĂȘtĂ© pendant plusieurs heures avec un passage des hurlements au silence. La nature Ă©tait devenue muette et nous aussi jusqu'au moment oĂč le cyclone est revenu faire un tour sur Saint Denis . Et ça recommence de plus bel..... et puis le cyclone s'en va mourir ailleurs. Nous sommes sortis de la caserne pour faire le point sur l'ile avec une quantitĂ© Ă©norme de maisons fracassĂ©es etc.... Ça c'est LYDIE de 1973.


Toxique