Vos experiences

Vous avez vécu un cyclone, racontez nous comment vous l'avez perçu, témoignages, anecdotes..

: :


Ecrivez "bonjour" en minuscule

Page Suivante

Poster un message

Vos expériences partagées sur Firinga.com

 


Le 06-02 à 13:43 nous a raconté à propos de GERVAISE :


Une tragédie nationale, 9 morts jusqu'ici, 59 blessés, des milliers de petits propriétaires de terrains, de maisonnettes, d'étables ruinés, 11320 maisons endommagées à des degrés divers, 1500 personnes qui ont fui le météore sont encore dans les centres de refuge, 90% du réseau téléphonique de l'île sont à refaire, le réseau électrique sérieusement touché, GERVAISE comme CAROL 15 ans plus tôt, a laissé derrière elle une vision de cauchemar. De ces visions qui traumatisent toute une génération. Dans plusieurs secteurs de la vie mauricienne, tout est à refaire. Mais on s'en soucie moins ces jours-ci, alors que les pensées vont vers cet immense somme de tragédies personnelles, de souffrances, d'angoisses que cachent les statistiques creuses précitées. Du coup, les rancunes s'apaisaient, les rivalités individuelles ou de groupe s'estompaient, la charité prenait un sens nouveau (avec des admirables efforts de solidarité nationale à divers niveaux) tous les Mauriciens se sentaient UN, unis dans une même détresse.

L'île Maurice était vendredi matin à genoux: les routes littorales étaient obstruées, des villages entiers coupés de toute communication extérieure, l'eau rare, les champs de légumes ravagés, les marchés déserts, le transport public inexistant. Pendant plusieurs heures ce matin là, après le passage de GERVAISE, 2ème au rang des cyclones les plus dévastateurs de ce siècle(....) on eût l'impression que la vie s'était arrêtée dans l'île! Puis, alors que le vent s'apaisait, qu'apparaissait les premiers rayons de soleil, toute l'île Maurice devint une ruche: chaque famille faisait le bilan des dégâts, entreprenait de nettoyer sa cour, allait s'enquérir du sort de ses voisins, de parents, allait s'approvisionner en vivres, en bougies ou encore en eau. De longues files se formant près des robinets publics et des points d'eau. Danc chaque quartier, dans chaque village, des groupes de volontaires se constituaient et commençaient à déblayer les routes, aidés par la police, la SMF. 12 heures plus tard, le choc dissipé, le courage retrouvé, des dizaines de milliers de Mauriciens avec cette persévérance sisyphéenne se mettaient à l'oeuvre pour reconstruire leurs pays.

LES CONTROVERSES DE GERVAISE :

LA MÉTÉO
Nous sommes frappés de stupeur: LA MÉTÉO ÉTAIT COMPLÈTEMENT ISOLÉE DU RESTE DE L'ÎLE À PARTIR DE 16H30, ALORS QUE LE CYCLONE RAVAGEAIT LE PAYS. L'émetter-radio de la météo à Vacoas, un appareil vieux de 18 ans, et qui avait bien fonctionné pendant CAROL était, cette fois, tombé en panne. Le directeur de la météo a essayé, à un moment, de contacter via Plaisance, la police de Plaine Magnien pour rétablir la communication mais on nous a dit qu'on ne pouvait plus communiquer avec la police. Et puis, l'émetteur est tombé en panne.

LA MBC
Les journalistes de la MBC, de leur côté alors que les rafales balayaient arbres et maison, à minuit, réalisaient les bulletins de la météo de 18h! La routine quoi! Les données ayant complètement changé, le silence eût été préférable aux ridicules bulletins qui n'étaient plus d'actualités.

LA VITESSE DES RAFALES
Est-ce que les rafales de GERVAISE étaient plus fortes que celle de CAROL? Si pour beaucoup de Mauriciens, la réponse à cette question est affirmative,ce n'était pas l'opinion du directeur de la météo de l'époque. Ses services avaient enregistré beaucoup de rafales de 128 miles/heure( environ 205 km/h) mais avec une seule rafale de 150 miles/heure soit environ 241 km/h alors qu'on avait enregistré des rafales entre 160 et 180 miles/heure pendant le passage de CAROL.


Extrait du journal du Mauricien datant du 7 février 1975

Voir le système concerné par ce message en cliquant ICI


Le 03-10 à 14:47 Charan Mzechehe nous a raconté à propos de KENNETH :


J'ai marché dans la tempête pour trouver un lieu sûr. Une femme m'a refusé sa porte, prétextant que je n'avais pas pris soin de me mettre à l'abri plus tôt. J'étais terrifié, c'était horrible. Heureusement qu'un ami a finalement accepté de m'héberger.


Charan Mzechehe

Voir le système concerné par ce message en cliquant ICI


Le 11-04 à 18:05 Josi nous a raconté à propos de JOSIE :


Je suis née le 10/02/1997, à Mamoudzou (Mayotte).

Mais parents m'ont appelé Josi car lorsque je suis venue au monde vers 2h du matin le cyclone avait disparu.


Josi

Voir le système concerné par ce message en cliquant ICI


Le 11-02 à 11:32 Jean Steeve Lucchesi nous a raconté à propos de GELENA :


Un amateur de photographie, Jean Steeve Lucchesi (un habitant d'Anse aux Anglais), qui a parcouru une bonne partie de l'île, témoigne : "Cela a été très difficile de circuler. Les routes sont obstruées. J'ai vu des maisons avec des toits endommagés. Beaucoup d'arbres sont déracinés. Il y a également des fils électriques qui traînent par terre. Il y a beaucoup de dégâts matériels. Des bateaux ont coulés. On arrive difficilement à communiquer avec les dégâts sur le réseau. Mais heureusement que l'internet fonctionne toujours", raconte-t-il (source l'express.mu).


Jean Steeve Lucchesi

Voir le système concerné par ce message en cliquant ICI


Le 22-01 à 19:49 Celestina nous a raconté à propos de CELESTINA :


J'etais a la recherche d'information sur cette tempete tropicale. Je suis venue au monde le 12 Janvier 1985 lors de son passage. Drole de sensation


Celestina

Voir le système concerné par ce message en cliquant ICI


Page Suivante