Pourquoi ce site se nomme Firinga?

      Firinga était un Cyclone Tropical, qui a touché l'île Maurice, puis l'île de la Réunion respectivement les 28 et 29 janvier 1989.
      Firinga a été pour les Réunionnais et pour moi-même, un météore qui restera gravé à jamais dans la mémoire.
     Ce site, porte son nom, pour perpétuer ainsi le "choc Firinga", le deuxième cyclone après celui de 1948, durant lequel l'île de la Réunion a énormément souffert...

Mon expérience personnelle

En 1989, ça faisait 2 ans que j'habitais l'île de la Réunion, j'avais alors 12 ans. Je savais que l'île était souvent sur le chemin des cyclones tropicaux, mais sans trop en savoir la signification ni les conséquences...

 

J-7  Dimanche 22 Janvier, Nous sommes en plein été et comme tous les dimanches avec mes parents et mon frère, nous partons de Ste Clotilde (St-Denis) pour nous rendre à la plage de l'Hermitage se situant à l'Ouest de l'île. Comme toujours le soleil est au rendez-vous, avec une eau dépassant les 28°C, rien ne laisse présager que quelque part au Nord-Est de la Réunion, un amas nuageux s'organise dans la zone de convergence inter-tropicale (ZCIT).

 

J-5   Mardi 24 Janvier, Firinga est né. Il s'agit d'une jeune perturbation qui s'alimente indépendamment de la ZCIT.

 

J-3  Jeudi 26 Janvier, La radio annonce qu'une dépression tropicale évoluant à plus de 1300 km au Nord-Est des côtes Réunionnaises vient d'être baptisée Firinga (en malgache orgueilleux ou capricieux). Rien d'étonnant, nous sommes en pleine saison cyclonique qui dure de novembre à avril. Firinga est donc le 6ème phénomène de la saison.

 

J-2  Vendredi 27 Janvier, Firinga bénéficiant d'un apport d'air chaud et humide favorable, elle s'est bien intensifiée en 24hr. L'image satellite de 14h30, montre une belle spirale d'alimentation, qui prouve que Firinga poursuit son processus de renforcement. La dépression est située à 650 km de l'île, suivant une route générale de Sud-Ouest. On commence dans les familles à évoquer ce système, qui pourrait peut-être perturber les projets de plage du week-end...

 

 J-1  Samedi 28 Janvier, On peut lire ce matin sur le journal Le Quotidien : "Firinga adopte la même trajectoire que le cyclone de 1948".

Le préfet Jean Anciaux, décide de déclencher la première phase d'alerte du plan ORSEC à compter de 8 h, vu le rapprochement continuel de Firinga, désormais à 560 km dans le Nord-Est de la Réunion. Cette alerte n°1 (Vigilance Cyclonique de nos jours), signifie que les Réunionnais doivent vérifier leurs réserves en piles, bougies, riz, eau, et se tenir régulièrement informé(e)s des flashes radio.

A 21h, les évènements s'emballent, Firinga continue sa trajectoire Sud-Ouest, ce qui l'emmène aux alentours immédiats de l'île dans les prochaines 12 h. Le préfet déclenche l'alerte n°2 (Alerte Orange de nos jours), 400 petits kilomètres séparent le météore de nos côtes. Les météorologues annoncent que les vents moyens sont de l'ordre de 100-110 km/h, avec des rafales à 150-160 km/h en mer.

Le grand paradoxe en ce samedi 28 janvier, c'est que le soleil brille sans un nuage sur l'île, mais il ne faut surtout pas se fier à ce répit que nous offre la nature, car les heures qui viennent vont s'avérer tragiques...

 

DIMANCHE 29 JANVIER 1989 : La Réunion se réveille en alerte maximale, en effet l'alerte n°3 (Alerte Rouge de nos jours) a été déclenchée à 04 h, toute sortie est désormais interdite.  Les prévisions s'avèrent exactes, Firinga se rapproche inévitablement vers la Réunion à une vitesse de 20 km/h, ayant franchi pendant  la nuit le cap de cyclone tropical. Cette intensité, lui confère des vents moyens estimés à 120-130 km/h avec des rafales à 160-180 km/h en mer.

En cours de matinée, les vents atteignent le Nord-Est de l'île à partir de 10h et des pointes à 180 km/h sont enregistrées.

Vers 12h, Firinga passe sur l'île entraînant ainsi des dégâts causés par le vent dûs au passage du mur de l'œil, où les vents cycloniques sont à leur paroxysme. Il atteint tout d'abord  Saint-Benoît, (c'est à dire le Sud et le Sud-Est, région située dans la zone dite dangereuse du cyclone) qui subira la gifle monumentale de Firinga, avec des rafales de vents atteignant les 230 km/h.  Des pluies torrentielles y sont associées de l'ordre de 800 mm dans le Sud-Est. Son déplacement sur l'île est quelque peu entravé par le relief.

Firinga ressort en mer à l'Ouest au voisinage du Port, c'est donc au tour de L'Ouest et du Nord de ressentir le renforcement net des vents, où des rafales de 160 à 200 km/h sont enregistrées.

Fin d'après-midi, le cyclone s'éloigne maintenant de l'île en direction du Sud-Ouest, il emporte avec lui 4 victimes. Des pluies abondantes et des rafales seront encore bien présentes toute la nuit.

 

Lundi 30 Janvier : L'alerte n°3 est levée à 1h du matin, et les alertes n°2 et n°1 seront levées 6 heures plus tard.

Les Réunionnais après une nuit blanche, découvrent sous le soleil revenu l'étendue des dégâts. Ils sont considérables, surtout dans le Sud, où Firinga a particulièrement marqué les esprits. Les radiers devenus fleuves ont tout emporté sur leur passage : maisons, routes, ponts, arbres. Les toits en tôles, ont été arrachés, ce qui n'est rien par rapport aux bidonvilles où là tout est parti. Les pluies torrentielles ont provoqué des éboulis, d'où d'énormes rochers sont venus éventrer les cases. Les ports ne remplissent plus leurs fonctions, les bateaux ont été coulés par une mer déchaînée, ou bien ils ont été déplacés sur des dizaines de mètres au sec. L'aéroclub de Pierrefonds est le rendez-vous des ailes brisées, les avions ont été retournés comme des crêpes. C'est une véritable vision d'apocalypse dans le Sud et le Sud-Est, des villes seront coupées du reste de l'île pendant plusieurs jours, les anciens diront même que c'était pire que le Cyclone de 1948!

 

Ce cyclone fut pour moi, l'élément déclencheur d'une passion. J'ai été impressionné de la hauteur de mes 12 ans, de la structure unique d'un cyclone, mais surtout par les effets dévastateurs du vent. Je ne pouvais soupçonner avant cette triste journée, qu'un déplacement d'air puisse être si puissant...